CHÂTEAU TOUR CASTILLON 2015

CHÂTEAU TOUR CASTILLON 2015
CHÂTEAU TOUR CASTILLON 2015

MEDOC CRU BOURGEOIS

MEDAILLE D'OR AU CONCOURS DE PARIS

MEDAILLE D'OR AU CONCOURS DE MACON

                         _________

Surface du vignoble : 10.0805 hectares

Appellation : Médoc, Cru Bourgeois

Propriétaire : Famille Peyruse

Sol et sous-sols :13,5 hectares de graves garonnaises de la moyenne terrasse du Mindel I reposant sur des calcaires éocènes en bancs massifs 23 hectares de calcaires en bancs massifs appartenant à la couche terminale des Calcaires de Couquêques, 3 hectares de calcaires éocènes en bancs massifs avec placage d’argiles rubéfiées sur Civrac, 1,5 hectares de sols de palus sur calcaires de Couquêques en bancs massifs.

Superficie : 40 ha                  

Encépagement : 55% Merlot, 38 % Cabernet Sauvignon, 5 % Cabernet Franc,

2% Petit Verdot                                            

Age moyen de la vigne : 27 ans

Pratiques culturales : Lutte raisonnable contre les parasites de la vigne

Pièges sexuels pour les vers de la grappe.

Entretien de la flore des prédateurs grâce à un enherbement de tous les rangs. Effeuillage thermique uniquement côté levant.

Densité de plantation : 5000 pieds/ha

Vendanges : Mécanique

Durée de cuvaison : Cuvaisons longues sur-mesure avec pré-fermentation à froid si nécessaire

Contrôle de la température par cuves 26° à 28° maximum.

Grand vin issu du vin de goutte assemblé avec les meilleures premières presses.

Elevage : Descente en barriques en janvier/février sans filtration afin de conserver corps et couleur aux vins

Elevage d’une durée de 12 à 16 mois selon les millésimes avec une rotation de 30 % du parc de barriques

Mise en bouteilles au bout de deux ans puis trois mois de repos avant la commercialisation.

Production moyenne : 45 hl/ha

Commercialisation : Particuliers, Caviste, Négoce, CHR

Œnologue-conseil : Antoine Médeville

CHÂTEAU TOUR CASTILLON 2014

CHÂTEAU TOUR CASTILLON 2014
CHÂTEAU TOUR CASTILLON 2014

Château Tour Castillon 2014 :

Robe : grenat, rubis, profonde.
Nez : il présente des notes de fruits rouges confits
Bouche : en bouche, le vin est friand, rond, soyeux. C'est un vin mûr avec des tanins souples.
Accords mets-vin : une viande rouge, gibier
Commentaires : très plaisant, ce vin est soyeux, gourmand. Un vin de plaisir!

En savoir plus : Fiche technique

CHÂTEAU TOUR CASTILLON 2013

Lauréat à la Coupe des Crus Bourgeois 2016

CHÂTEAU TOUR CASTILLON 2013
CHÂTEAU TOUR CASTILLON 2013

Château Tour Castillon 2013 : Lauréat à la Coupe des Crus Bourgeois 2016

Belle robe cerise brillante ourlée de reflets pourpres.

Nez ouvert avec une belle complexité. Des fruits rouges gourmands et un boisé intégré avec des notes de vanille et torréfaction. Nez d’une jolie maturité.

La bouche est pleine, volumineuse. Extraction réussie avec une élégance des tanins.

Les arômes en bouche sont sur des notes de fruits frais avec un bel équilibre. Finale aromatique longue avec des notes toastées et un retour sur la fraîcheur.

Un vin plein et gourmand.

En savoir plus : Fiche technique

CHÂTEAU MOULIN DE TAFFARD 2015

CHÂTEAU MOULIN DE TAFFARD 2015
CHÂTEAU MOULIN DE TAFFARD 2015

MEDOC CRU BOURGEOIS

            ________

Surface du vignoble : 10.8281 hectares

Terroir : graves garonnaises de la moyenne terrasse du Mindel I reposant sur des calcaires éocènes en bancs massifs

calcaires en bancs massifs appartenant à la couche terminale des Calcaires de Couquêques

calcaires éocènes en bancs massifs avec placage d’argiles rubéfiées sur Civrac

Encépagement : 61.50 % merlot 37 % cabernet sauvignon 1.5 % cabernet franc

Mode de conduite du vignoble :

Lutte raisonnable contre les parasites de la vigne

Pièges sexuels pour le ver de la grappe

Entretien de la flore des prédateurs grâce à un enherbement de tous les rangs

Effeuillage thermique uniquement côté levant

 

Vendanges :

Mécaniques après tri sur vignes avec un deuxième tri dans les bennes de réception

Egrappage et éraflage avec une vis sans fin et une grille tournante synchrone et progressive sans foulage

Pré-assemblage à l’encuvage et mariage des vins de parcelle

Cuvier constitué de 11 cuves en ciment et 2 en inox de 120 hectolitres en moyenne

Vinification :

Cuvaisons longues sur-mesure avec pré-fermentation à froid si nécessaire

Contrôle de la température par cuves 26° à 28° maximum

Double système d’ajustement de la température : méthode du serpentin pour les fermentations malolactiques et pompe à chaleur pour les fermentations alcooliques

Deux remontages journaliers avec arrosage du chapeau de marc par un tourniquet

Ecoulages avec extraction des tannins et de la couleur cuve par cuve variable selon les millésimes

Fermentations malolactiques en cuves de durée variable en fonction d’un suivi analytique deux fois par semaine

Grand vin issu du vin de goutte assemblé avec les meilleures premières presses

Elevage :Elevage en barriques 12 mois

Production : 47 hectolitres/hectare

Commercialisation: Particuliers, Caviste, Négoce, CHR

Œnologue-conseil : Antoine Médeville

En savoir plus : Visuel bouteille

CHÂTEAU CERESTIN LA LANDE 2016

CHÂTEAU CERESTIN LA LANDE 2016
CHÂTEAU CERESTIN LA LANDE 2016

Surface du vignoble : 20 hectares

Terroir : 

Graves garonnaises de la moyenne terrasse du Mindel I reposant sur des calcaires éocènes en bancs massifs

Calcaires en bancs massifs appartenant à la couche terminale des Calcaires de Couquêques

Calcaires éocènes en bancs massifs avec placage d’argiles rubéfiées sur Civrac

Sols de palus sur calcaires de Couquêques en bancs massifs

Encépagement : 61.50 % merlot 37 % cabernet sauvignon 1.5 % cabernet franc

Mode de conduite du vignoble :

Lutte raisonnable contre les parasites de la vigne

Pièges sexuels pour le ver de la grappe

Entretien de la flore des prédateurs grâce à un enherbement de tous les rangs

Effeuillage thermique uniquement côté levant

Vendanges :

Mécaniques après tri sur vignes avec un deuxième tri dans les bennes de réception

Egrappage et éraflage avec une vis sans fin et une grille tournante synchrone et progressive sans foulage

Pré-assemblage à l’encuvage et mariage des vins de parcelle

Cuvier constitué de 11 cuves en ciment et 2 en inox de 120 hectolitres en moyenne

Vinification :

Cuvaisons longues sur-mesure avec pré-fermentation à froid si nécessaire

Contrôle de la température par cuves 26° à 28° maximum

Double système d’ajustement de la température : méthode du serpentin pour les fermentations malolactiques et pompe à chaleur pour les fermentations alcooliques

Deux remontages journaliers avec arrosage du chapeau de marc par un tourniquet

Ecoulages avec extraction des tannins et de la couleur cuve par cuve variable selon les millésimes

Fermentations malolactiques en cuves de durée variable en fonction d’un suivi analytique deux fois par semaine

Grand vin issu du vin de goutte assemblé avec les meilleures premières presses

Elevage :

Elevage en cuves

Production :

Rendements : 50 hectolitres/hectare

Nombre de cols : 80 000- Château Château Cérestin La Lande 2016

GEOLOGIE DU TERROIR

GEOLOGIE DU TERROIR
GEOLOGIE DU TERROIR

Des sols de graves sur des calcaires en bancs massifs
Le terroir de Château Tour de Castillon est essentiellement assis sur des sols de graves glaciaires, ou graves garonnaises. Ce tapis de graves d’épaisseur variable, selon le relief de la croupe de Castillon, fut déposé par le paléofleuve Garonne lors de la première débâcle glaciaire du Mindel, il y a environ 600 000 ans. La base de cette terrasse de graves est constituée de calcaires en bancs massifs appartenant à la couche terminale des Calcaires de Blaye ou de Couquèques. Ces calcaires durs et compacts datent de l’Eocène Moyen et ont connu au cours du Quaternaire une surrection due à l’élévation de la rive droite consécutive à une poussée du substratum profond. Bien que la nature des graves ne soit pas le seul critère de qualité pour un sol dédié à la vigne, il convient de remarquer que les graves du Mindel, qui composent la moyenne terrasse de graves du Médoc, offrent l’assise géologique de la quasi-totalité des Grands Crus Classés en 1855

Un terroir propice à la viticulture d’élite
L’alliance de couches graveleuses reposant sur une couche calcaire épaisse et massive délivre au terroir de Château Tour de Castillon des conditions favorables au bon ressuiment des sols, facteur qualitatif essentiel pour engendrer un stress hydrique durant la période de maturation des baies. Ainsi les racines de la plante peuvent prospecter des horizons différents, élément déterminant pour obtenir des vins équilibrés, complexes et de belle couleur, susceptibles de développer un bouquet avec l’âge

Une situation privilégiée
Comme le domaine viticole de Château Tour de Castillon s’étale sur le rebord de la terrasse de graves de Castillon qui fait face à la Rivière, cette situation particulière lui assure un drainage naturel. Grâce aux relais apportés par plusieurs axes de drainage perpendiculaires au fleuve, un bon écoulement des eaux de surface lui est aussi assuré. Enfin, une minorité de résurgences calcaires qui apparaissent au pied de la terrasse de graves, parfois recouvertes d’un placage de sols de palus récemment déposés, apporte une touche de diversité dans la composition ce terroir qui offre un potentiel concourant à l’amplitude des vins qui en sont issus.

 

HISTOIRE DU TERROIR

Un cru aux racines médiévales
Après la découverte miraculeuse du corps de Jacques le Majeur en Galice, en 814, le pèlerinage de Compostelle battit son plein dans toute la chrétienté. Peu avant l’An Mil, le Médoc était devenu une étape majeure du chemin de Compostelle car Notre Dame de la Fin des Terres, à Soulac, était alors le centre de regroupement des pèlerins anglais. Pour étancher l’inextinguible soif des jacquets, moines et grands seigneurs plantèrent en vignes aux alentours de leurs sanctuaires et de leurs châteaux. La Vicomté de Castillon, grâce à son port, sa ville fortifiée et son réseau de chemins, détint dès cette époque un vignoble parmi les plus importants du Médoc et le conserva jusqu’à la fin de la Guerre de Cent Ans. Pendant les trois siècles d’alliance entre l’Angleterre et la Guyenne, de 1154 à 1453, la demande en vins de la part de Anglais fut telle qu’un flot de richesse se déversa sur le Médoc. Castillon et ses vins connurent alors leur heure de gloire, du temps où la vicomté était aux mains de la Maison de Pons.

La fureur de planter
Ce terme évocateur fut employé par l’Intendant Boucher au début du règne de Louis XV pour qualifier la frénésie de planter en vignes qui s’emparait alors de la noblesse d’épée et de robe ainsi que de la haute bourgeoisie bordelaise. Car, à peine Louis XIV décédé, comme au Moyen-Age, la flotte aux mille voiles se pressait de nouveau dans le port de la lune, venue embarquer les vins à destination des Iles Britanniques et de l’Europe du Nord. La croupe de Castillon passa alors de la polyculture, en vigueur sous le règne du Roi Soleil, à la monoculture de la vigne sur les terroirs de graves, fait illustré par ces deux cartes datant respectivement du début et de la fin du 18ème siècle. Nous trouvons là les noyaux d’origine du vignoble moderne de Château Tour de Castillon

Grandes heures et crises
Après une pause notable durant la Révolution et l’Empire, la croissance du vignoble de Castillon reprit sous la Restauration pour trouver un premier pic sous le Second Empire. Malgré les ravages de l’oïdium, du phylloxera puis du mildiou, la deuxième partie du 19ème siècle fut marquée par une nouvelle croissance des vignobles. Puis, passé la Belle Epoque de 1900, un net déclin s’entama puis s’amplifia avec la Grande Guerre. Il devait se transformer en véritable crise durant l’Entre-Deux-Guerres, crise de langueur qui dura jusqu’aux années soixante-dix. D’une poignée d’hectares, le vignoble de Castillon passa alors à une vingtaine en l’espace d’une génération.

EXPRESSION DU TERROIR

Une tradition vigneronne
Les plus vieilles vignes de Château Tour de Castillon ont 40 ans d’âge et représentent dans son vignoble une surface de 4,5 hectares. A ce vignoble planté par Jean Peyruse, derrière celui de Théobald, son père, Pierre Peyruse a adjoint 16,5 hectares pour former un vignoble de 21 hectares planté en cépages nobles typiques du Médoc. Les choix d’expression du terroir de Château Tour de Castillon ont été mûrement pesés par Pierre Peyruse pour que ses vins soient aimables, fruités et amples dans leur jeunesse et conservent néanmoins toutes leurs vertus avec les années afin de développer un bouquet riche et empreint de finesse

Les choix vignerons
Pour donner le fruité à ses vins, Pierre Peyruse a constitué un vignoble dominé par le merlot, sur Riparia, planté sur les rebords et le talus de la terrasse de graves ainsi que sur 3 hectares d’argiles rubéfiées sur calcaires en bancs massifs qu’il possède en dehors du site de Castillon. Pour les cabernets sauvignons, avec le porte-greffe Riparia, son choix d’est porté sur le terroir d’élite offert par les graves du rebord de la terrasse ainsi que sur les terroirs constitués par la base calcaire de la terrasse, mais cette fois sur Fercal. Quant aux cépages d’appoint, le cabernet franc occupe les graves de la terrasse tandis que les petits verdots, selon une orientation sud-est avec un porte-greffe précoce, expriment les terroirs du pied de la terrasse de graves situés en limite des palus.

LE RESPECT DU TERROIR

LE RESPECT DU TERROIR
LE RESPECT DU TERROIR

Médocains de souche et à la tête de la propriété de Château Tour de Castillon depuis presque un siècle, Pierre Peyruse et sa famille sont naturellement animés par le souci du respect du terroir. La préservation de l’environnement du magnifique site de Castillon les anime tout autant pour la culture de la vigne que pour la préservation des bienfaits de la terre de Médoc, comme la pêche ou la chasse que l’on peut pratiquer à Castillon même. En choisissant un mode de culture de la vigne respectueux de l’environnement, en s’abstenant de tout apport d’amendement autres que naturels, en ayant laissé reposer la terre avant plantation et en raisonnant la lutte contre les parasites de la vigne, la famille Peyruse souhaite apporter sa contribution à la préservation de l’environnement. D’ailleurs, lorsque  l’on vit tous les jours dans un site aussi sauvage et aussi chargé d’histoire, comment penser autrement lorsque l’on est une authentique famille de vignerons médocains.